Festival & Fondation

En 2009, Yuri Buenaventura rentre se ressourcer auprès des siens en Colombie.

Yuri Buenaventura est convaincu que la musique née du brassage culturel entre la nation Embera (nation indigène du Pacifique Colombien) et la population noire (déracinée d’Afrique par le marché de l’esclavage) est l’avenir du jazz du XXIe siècle.

Il se consacre alors au rayonnement culturel de son pays. Ayant appris de ses multiples voyages et ayant saisi le fonctionnement de la musique professionnelle, il décide de partager ses découvertes avec les artistes de Buenaventura. Il souhaite offrir aux habitants de sa région l’autonomie dans la gestion de ses projets culturels. Depuis près de trente ans un festival existe, le Festival Folklorique du Pacifique (Festival Folclórico del Pacífico). L’artiste va lui impulser une envergure inédite pour la région du Pacifique Colombien : la presse écrite, audiovisuelle et radiophonique est invitée, la télévision retransmet le festival, des aménagements et des infrastructures sont mis en place à Buenaventura, l’accueil des artistes est revu tout comme leur salaire… Yuri Buenaventura et son équipe ne s’arrêtent pas là. Ils ont mis en avant toute la richesse de leur patrimoine culturel en ajoutant à la programmation musicale, de la danse, de la poésie, du théâtre, des arts et des métiers traditionnels, de la gastronomie, de la littérature (avec la publication d’un livre), des arts plastiques, de la photographie, de la vidéo…

Retrouvez ci-dessous quelques images du Festival folklorique du Pacifique 2011.

double festival

 

Dans le même temps, Yuri Buenaventura s’engage socialement auprès des enfants de Buenaventura. Sa ville natale est en effet une des plus violentes au monde. Les meurtres sont quotidiens, les mafias sévissent, la terreur règne et les habitants craignent chaque jour pour leur vie. De nombreux enfants sont en effet enrôlés dans les gangs. Dans ce climat d’insécurité permanent, les femmes et les enfants sont malmenés. L’espoir d’une vie meilleure, d’un travail, de rues sûres semble loin.
Avec son père, Manuel Bedoya, Yuri Buenaventura imaginent la Fondation pour l’Enfance du Pacifique (Fundación para la Infancia del Pacífico-FIP) pour venir en aide aux enfants du quartier la Playita. La Fondation a vu le jour et a pris la forme d’un lieu  solidaire.
En offrant l’éducation et la sécurité aux enfants, Yuri Buenaventura espère leur permettre d’apprendre, de se cultiver, de s’ouvrir et de ne pas reproduire les horreurs dont ils sont les témoins.

 

RFI (en français) : Quand les armes contrôlent Buenaventura.

Manuel Bedoya, reportage (en espagnol) à la Fondation pour l’Enfance du Pacifique